Evasion

Evasion

Benjamin Whitmer

Éditions Gallmeister

  • par (Libraire)
    8 décembre 2018

    Un grand polar noir et crépusculaire

    Il fait nuit, il fait froid et chacun des hommes de ce roman, du directeur de la prison aux journalistes en passant par les évadés, joue sa partition sans affect ni morale, avec brutalité si nécessaire et sans véritablement penser au lendemain. Parfois il y a une lueur dans le regard de l’un, un souvenir pour l’autre mais c’est rare et vain… Evasion est un texte sans concession, brut, un grand polar noir et crépusculaire.


  • par (Libraire)
    2 novembre 2018

    Qui racle le bitume

    Le soir du réveillon, 12 détenus se font la belle de la prison Old Lonesome dans le Colorado. Commence alors une chasse à l'homme le temps d'une nuit, où seront abordés les thèmes de l'enfermement social et carcéral, dans une langue tout à la fois lyrique, caustique et qui racle le bitume. Pour les personnages que l'on croisent il n'y a pas d'échappatoire, seul la mort, la solitude ou un retour en prison les attendent...


  • par (Libraire)
    30 octobre 2018

    Le 31 décembre 1968, alors que le blizzard menace la ville d'Old Lonesome, douze hommes s'échappent de la prison. S'ensuit une véritable chasse à l'homme où chacun des personnages va avoir son rôle à jouer. Que ce soit les gardiens et le directeur de la prison, des journalistes ou encore des habitants de la ville, tout le monde se retrouve plus ou moins concerné par cette soudaine évasion et va se lancer dans une poursuite effrénée des prisonniers échappés.
    Par ces portraits d'hommes et de femmes, Benjamin Whitmer raconte une histoire de la violence et questionne la manière dont chacun s'en empare pour défendre ses intérêts ou ceux de la communauté. Au fil de la nuit, ce roman plonge le lecteur dans une atmosphère glaciale où chaque minute compte pour ne pas basculer dans l'horreur infernale pourtant déjà bien présente en filigrane dans cette ville isolée.


  • par (Libraire)
    9 octobre 2018

    Un superbe roman noir chez Gallmeister.

    Un soir d'hiver, plusieurs détenus parviennent à s'évader d'un pénitencier. S'organise alors une véritable chasse à l'homme, car les matous cherchent bien plus à les abattre qu'à les remettre derrière les barreaux. C'est au cours de cette nuit, sous la neige, perdu entre une petite ville et la forêt, cerné par les montagnes, que nous suivons les évadés et les gardiens, dans un jeu du chat et de la souris.

    Benjamin Whitmer nous offre de découvrir aux tréfonds de ces grands espaces américains, la noirceur, le manque de chance, les mauvais choix, et parfois aussi les lueurs d'humanité qui meuvent chaque individu.


  • par (Libraire)
    28 septembre 2018

    12 hommes à abattre

    Réveillon 1968.
    En plein blizzard, 12 hommes s'évadent de la prison d'Old Lonesome, Colorado.
    Une longue nuit de traque commence...
    Fugitifs, traqueurs, civils, personne n'en sortira indemne.
    Benjamin Whitmer dynamite le genre avec cette chasse a l'homme haletante, qui est aussi une réflexion sur l'histoire de la violence aux Etats-Unis.
    Impitoyable.
    "Ce monde n'est pas fait pour que vous vous en évadiez. Ce monde est fait pour tenir votre coeur captif le temps qu'il faut pour le broyer."


  • par (Libraire)
    16 septembre 2018

    L'Amérique selon ceux qui y vivent !

    "(...) Le gouverneur territorial avait donné le choix aux gens de la ville. Une fois le nouveau statut en place, ils pourraient soit accueillir la prison d'État du Colorado, soit l'université. Les gens de la ville jugèrent qu'ils ne voyaient pas bien quand le Colorado allait pouvoir avoir besoin d'une université, mais qu'en revanche ils avaient déjà grand besoin d'une prison. (...)"

    La nuit du 31 décembre 1968, douze détenus s'évadent de la prison d'Old Lonesome, pourtant dirigée d'une main de fer par Cyprus Jugg et ses gardiens. En dépit d'une tempête de neige des plus redoutables, une véritable machine de guerre se met en marche pour ramener les fuyards, morts ou vifs. Ce roman choral, bien noir et corsé, se porte en alternance sur une poignée de personnages : Mopar Horn, l'un des prisonniers en cavale, Jim Cavey, traqueur de père en fils, Dayton Horn, la cousine de Mopar, deux journalistes mandatés pour couvrir l'évènement et, bien sûr, quelques gardiens expérimentés. Ces derniers, qui ont une fâcheuse tendance à consommer des amphétamines comme si c'était du chewing-gum, apparaissent rapidement plus patibulaires et dangereux que les hommes qu'ils pourchassent.

    Si l'évasion se déroule le temps d'une nuit, il ne faudra pas plus de temps au lecteur pour venir à bout de ce page-turner hallucinant. Benjamin Whitmer avait déjà marqué les esprits des amateurs du genre avec "Pike" et "Cry father", en mettant son style incisif et percutant au service des deshérités et des laissés-pour-compte. "Évasion" est un des grands romans noirs de cette nouvelle rentrée littéraire. À ne pas manquer également, une brillante préface offerte par Pierre Lemaître en début d'ouvrage.


  • par (Libraire)
    15 septembre 2018

    Il n'y aura pas de happy end !

    Ce roman se passe dans l'Amérique profonde et pauvre des années 70. Des détenus dangereux s'évadent de la prison d'une petite ville au pied des Rocheuses. La neige les empêche de s'éloigner de la ville et la poursuite commence avec une galerie de personnages hauts en couleurs ! C'est cruel, violent, immoral. Évasion, c’est un roman noir, implacablement noir, qui se lit avec délectation.


  • par (Libraire)
    14 septembre 2018

    A partir d'un scénario aussi mince qu'une feuille de cigarette (la traque de douze détenus évadés de la prison d'une petite ville du Colorado), Benjamin Whitmer nous emmène et nous projette dans une poursuite hallucinante où les fugitifs doivent être ramenés morts ou vifs !
    Un grand roman noir sur la violence inscrite dans les gènes de l'Amérique profonde.
    Âmes sensibles s'abstenir.

    Laurent T


  • par (Libraire)
    28 août 2018

    Vous ne vous en échapperez pas...

    ... tant ce livre vous hypnotisera par sa galerie de personnages fascinants aux vies fracassées. La violence omniprésente à chaque page est autant le fait des êtres humains que des éléments naturels. Un roman noir vif et grondant, impossible à lâcher.