Le Mal-épris, Roman

Le Mal-épris, Roman

Bénédicte Soymier

Calmann-Lévy

  • 5 février 2021

    Puissant et délicat.

    Quatre heures. Seulement quatre petites heures.
    C’est le temps qu’il m’a fallu pour découvrir et dévorer Le Mal-Épris, de Bénédicte Soymier.
    Impossible à lâcher, j’ai seulement concédé deux petites pauses de quelques minutes à mon cerveau fasciné.

    Ce début d’année 2021 nous offre décidément de nombreux premiers romans d’une profondeur, d’une élégance et d’une grâce folles.
    Et celui-ci en fait clairement partie.

    Paul est laid. Paul souffre.
    Paul aimerait tellement être autre.
    Paul a subi. Paul a enduré.
    Paul aimerait tant avoir été autre.
    Vraiment ?
    À partir de quand la souffrance passée devient-elle un passe-droit pour les blessures à venir ?

    Paul s’explique. S’exprime.
    Mais pas trop.
    Paul s’accuse. S’excuse.
    Mais pas longtemps.
    Paul reproduit-il ?
    LA fameuse question. Celle qui permettrait de comprendre, de compatir, de pardonner.
    Sauf que non. Ça, c’est trop simple, trop réducteur.
    Trop facile.
    Il n’y a pas de fatalité, seulement des choix.
    Et Paul fait les mauvais, encore et encore. En toute conscience.

    Paul est une victime, mais Paul est un bourreau.
    La première n’excuse pas le second.
    Jamais.

    Bénédicte Soymier trace cette histoire d’une plume phénoménale.
    Précise. Concise. Parfois à l’extrême.
    Et c’est parfait ainsi.
    Pas de détails superflus, pas de digressions inutiles.
    Droit aux faits. Droit au cœur.
    Elle nous raconte une histoire terrifiante et banale, qui nous heurte et nous révulse.
    Nous alerte et nous questionne.
    Elle vise la tête, le ventre et l’âme.
    Et fait mouche à chaque fois.

    Paul, Mylène, Angélique, Émilie.
    Incorrigiblement humains, désespérément faillibles, ils sont multiples, bons ou mauvais, forts ou faibles.
    Acteurs ou témoins.
    Victimes ou bourreaux.

    Ce roman dissèque, transmet, et explique. Mais il n’excuse pas. Rien.
    Jamais.
    On en ressort essoufflé, fourbu, sonné.
    Par l’histoire et le style.
    L’une est tragique et l’autre, sublime.
    Par le ton et par le rythme.
    L’un tranchant, l’autre, hypnotique.

    Est-ce qu’il faut le lire ? Oui, cent fois oui.
    Et aussi le faire lire. Partout. Par tous.


  • 1 février 2021

    le mal aimé

    Paul est disgracieux, ennuyeux, jaloux, seul dans sa vie étriquée, son lien social réside en deux sœurs partageant pour seul héritage un passé douloureux. Du désamour est née la colère.
    Son seul exutoire : l’obsession de tomber amoureux.

    Il devient un prédateur puissant et incontrôlable, conséquence du désamour.

    Bénédicte Soymier présente d’abord les faiblesses de Paul mais n’excuse pas sa spirale lente et irrémédiable vers la violence conjugale malgré ses excuses réitérées. Elle lui donne la parole en alternance avec celle d’une femme amoureuse et vulnérable.
    D’une écriture parcimonieuse, avec des phrases courtes de mots justes, l’auteur nous percute magistralement.