William

Stéphanie Hochet

Rivages

  • Conseillé par (Libraire)
    26 août 2023

    Un jeune homme devait s'évaporer et réapparaître ailleurs

    Qu'est-il advenu de William Shakespeare pendant sept années ? C'est en partant de cette disparition du « Barde d'Avon » que Stéphanie Hochet imagine brillamment la vie du dramaturge entre 1585 à 1592. La seule chose un peu près certifiée est qu'il est devenu comédien. Mais est-ce là le plus important ? Et si l'essentiel était que l'imaginaire rencontre le réel ? C'est ce qu'a fait avec talent Stéphanie Hochet dans ce roman où elle détaille ce qu'aurait pu être la vie sur les routes de William, l'importance fondatrice de cette longue fugue pour ce dernier. Mais il n'est pas question que de Shakespeare ici. C'est aussi l'évocation sans fards de la jeunesse de l'autrice, ses souffrances familiales, le désir de fuir (on s'amusera de sa première fugue à 3 ans)... C'est en proposant cet entrechoquement des destins à quatre siècles de distance que Stéphanie Hochet nous invite à nous poser cette unique question : Pourquoi fuit-on ?
    Après, « L'animal et son biographe » et « Pacifique », « William » est certainement le livre le plus intime de Stéphanie Hochet avec comme toujours, une écriture simple et talentueuse.


  • Conseillé par
    23 août 2023

    Stéphanie

    Stratford, 1885
    À 21 ans, le jeune William Shakespeare quitte sa vie étroite entre femme et enfants pour devenir comédien. À Londres, au plus près des théâtres et des troubadours, se révèlent des nouveaux sentiments, des attirances, des idées, autant de germes à ses futures œuvres.

    Stéphanie Hochet imagine cette parenthèse de 7 années dont on ne sait rien de W.S et en profite au fil des chapitres pour tisser des passerelles avec son histoire personnelle. Celle-ci alterne avec des passages autobiographiques de son enfance.

    D’une écriture précise et nette, elle se trouve des points de convergence avec William et révèle ses souffrances et l’emprise d’ainés à la cruauté habillée de convenances.

    « L’insecte furieux qu’est sa plume n’a jamais couru si vite sur le papier »

    « La pensée du suicide est une tentation qui m’habite et que je repousse depuis mes 13 ans »