Aux frontières. Sur Jacques Réda
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Objet
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Aux frontières. Sur Jacques Réda

Presses Universitaires du Septentrion

Objet

Offres

  • AideEAN13 : 9782757426692
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    13.99

Autre version disponible

Réda marche, qui s’en étonnerait ? Il s’engage dans une rue — la première
venue est toujours la bonne —, tombe sur une impasse, rebrousse chemin,
s’arrête pile pour suivre des yeux le jeu des nuages, peste contre les
automobilistes, remonte un boulevard, échange quelques mots avec un passant,
emprunte une ruelle, tombe en arrêt devant une vitrine de jouets anciens,
remonte un boulevard, achète La Vie du rail. Ses pas composent ainsi un jardin
aux sentiers qui bifurquent. Peu lui importe de se perdre : on est toujours
perdu. Le fil d’Ariane, celui que le critique voudrait lui nouer à la patte,
pour pouvoir le suivre — le filer —, il l’arrache aussitôt, avec impatience.
Que cherche-t-il ? Il ressemble à un homme qui aurait perdu quelque chose et
qui n’aurait de cesse de le retrouver. Mais voilà, et c’est une difficulté de
taille, il ne sait plus ce qu’il a perdu. Peut-être même, cet objet, l’a-t-il
aperçu, pris en main, puis rejeté. C’est ainsi que dans les contes le héros
croise la bonne fée sans lui accorder plus d’importance qu’à une personne
ordinaire et ne se rend compte qu’après de sa méprise. Trop tard ! Aussi est-
il un écrivain mélancolique, c’est-à-dire un artiste condamné à chercher
inlassablement un objet perdu sans remède. Sans autre remède, en tout cas, que
de continuer à lancer sa phrase à l’aveuglette, une phrase, puis une autre, et
une autre encore. Chacune vient s’enrouler autour de ce centre absent. Cette
recherche inquiète n’en est pas moins drôle. Le saturnien, par pudeur et pour
la tenir à distance, retourne sa détresse en humour, constituant ainsi un
mélange instable, mobile, capricieux. Nous avons donc suivi Réda dans sa
course, d’un bord à l’autre de son œuvre, tantôt de loin, tantôt presque au
coude à coude. Nous aurions aimé le lui retrouver, cet objet perdu, et le lui
offrir, à supposer qu’il existe. Rien n’est moins sûr. A défaut, ce petit
livre d’accompagnement.
S'identifier pour envoyer des commentaires.