Voir la philosophie, Les représentations de la philosophie à Rome
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Études Anciennes
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Voir la philosophie

Les représentations de la philosophie à Rome

Les Belles Lettres

Études Anciennes

Offres

  • Aide EAN13 : 9782251914657
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    20.99

Autre version disponible

« Voir la philosophie » : l’expression peut sembler paradoxale. Comment voir
un concept qui, par nature, échappe au regard ? Comment, surtout, le donner à
voir ? Cette question marque profondément la philosophie romaine de la fin de
la République et du Haut-Empire : soucieux de transmettre leur doctrine, les
penseurs romains choisissent bien souvent de doubler leur démonstration
théorique par une mise en images de la philosophie. En plaçant la philosophie
sous les yeux de leur destinataire par le biais de procédés rhétoriques
variés, ils s’efforcent de la rendre accessible, familière et de lui donner
ainsi droit de cité à Rome. Cette étude s’emploie dès lors à montrer d’une
part comment la philosophie était représentée à Rome, d’autre part pourquoi
elle l’était. La résolution de cette double question repose sur l’exploration
de la notion de représentation dans la rhétorique antique, elle-même liée à
celle du concept d’évidence (enargeia en grec, euidentia en latin), puis sur
l’analyse de la manière dont les philosophes percevaient le recours à l’image.
La question des représentations de la philosophie rejoint ainsi la
problématique plus large des rapports entre la rhétorique et la philosophie.
En effet, la méfiance des philosophes à l’égard de la rhétorique, héritée de
Platon, est toujours perceptible dans la philosophie hellénistique et romaine,
et le recours à la rhétorique de l’évidence pose certains problèmes éthiques
et philosophiques qui forcent les penseurs à préciser les conditions d’un
usage acceptable de la représentation rhétorique. Le recours à l’image est-il
compatible avec les exigences épistémologiques et éthiques des philosophes ?
La lecture des textes romains apporte une réponse à cette question en révélant
que l’usage des représentations répond à des exigences pédagogiques,
parénétiques et heuristiques, mais aussi à des enjeux plus spécifiquement
doctrinaux et polémiques. Cette diversité fonctionnelle explique pourquoi
l’usage des représentations de la philosophie s’est développé dans la
littérature philosophique romaine. Elle met plus largement en lumière la
symbiose croissante, à Rome, entre la rhétorique et la philosophie et laisse
ainsi entrevoir la spécificité et l’originalité de la pensée romaine par
rapport à la pensée grecque. Ce livre s’adresse aux étudiants et aux
spécialistes de rhétorique et de philosophie antiques, et plus généralement
aux personnes intéressées par les rapports entre la rhétorique et l’éthique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.