La morale de l’ironie
Éditeur
Le Mono
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La morale de l’ironie

Le Mono

Offres

  • Aide EAN13 : 9782381112497
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    4.49
L’ironie est une forme du mensonge. C’est un mensonge avec lequel on ne
cherche pas toujours à tromper, encore que l’on y arrive souvent. Elle
suppose, comme tout mensonge, une contradiction entre l’expression et une
partie au moins de la pensée. En général son auteur connaît cette
contradiction, même il s’y complaît, il en apprécie la saveur et la portée, et
il s’en sert pour quelque fin esthétique ou pratique.

Il y a bien des espèces d’ironie. Qu’elles ne soient pas toutes
recommandables, cela va de soi. Il y a une ironie épaisse, lourde et basse, il
y a une ironie ailée et subtile. Il y a une ironie méchante et une ironie
dédaigneuse ou bienveillante. Il y a une ironie naïve et une ironie désabusée,
il y a l’ironie du misanthrope et celle du philanthrope, celle de l’assassin
qui raille sa victime et celle qui peut-être inspira Jean Huss sur son bûcher.
Et, si inégales qu’elles soient, ces différentes ironies trouvent sans doute
une raison d’être, sinon une justification dans la nature de l’être qui les
emploie et dans les circonstances de sa vie. Chacun se défend comme il peut.

L’attitude ironique morale dérive naturellement de la vue des mensonges et des
contradictions du monde, des sociétés, des individus. Elle est notre réaction
synthétique. Elle suppose que nous pouvons apprécier le contraste des réalités
et des apparences, de la nature des choses et des conventions sous lesquelles
nous les voilons aux autres et à nous-mêmes. Elle permet à notre esprit
d’adapter son action à la situation présente et de préparer l’action future,
différente et même opposée que nous devons déjà prévoir et qu’il ne faut pas
rendre impossible. Elle permet à nos sentiments et à nos idées de s’organiser
sans raideur et de conserver leur plasticité. Elle est la réponse naturelle de
l’homme, réponse contradictoire et unifiée à la fois, aux contradictions du
monde, de la vie et de l’esprit, elle le laisse à la fois s’adapter à la
réalité la plus large et tâcher d’adapter la réalité à lui, dans la mesure où
cela est possible.
S'identifier pour envoyer des commentaires.