François-Régis SIRJACQ (Libraire)

La Part des flammes

Héloïse d'Ormesson

22,00
30 mars 2015

Paris, Mai 1897. Toutes les femmes de l’aristocratie se rendent au Bazar de la Charité, rue Jean Goujon afin de participer à une vente de charité. Parmi elles la duchesse d’Alençon, petite sœur de l’impératrice Sissi : elle se donne totalement à cette œuvre de bienfaisance. Elle est entourée de 2 femmes peu habituées à cet univers : Violaine de Raezal, veuve au passée sulfureux, rejetée par ses pairs et les enfants de son mari, et en quête de reconnaissance sociale, et Constance d’Estingel, une jeune fille aux aspirations très fortes face à la foi : elle vient de rompre ses fiançailles, confirmant son côté rebelle tant face à ses parents qu’aux conventions sociales.
Ce 4 Mai, un cinématographe, utilisé pour la 1° fois dans cette enceinte, prend feu : c’est l’embrasement total du Bazar de la Charité. Le piège des flammes se referme, 120 personnes meurent dans des souffrances atroces, la majorité des victimes étant des femmes. La tragédie va faire basculer le destin de ces 3 femmes.
Gaëlle Nohant nous dépeint, à travers l’âme de chacun des personnages, le Paris de la fin du XIX° siècle : la description de l’excès de certains médecins aliénistes, l’obsession de la pureté des filles et enfin le monde de la presse en plein essor. Le récit est rythmé grâce à une aisance de l’écriture qui nous entraîne dans de profondes réflexions. Ce roman est écrit avec imagination et vivacité, chacun des personnages est passé au crible avec une grande finesse. On s’approprie les personnages.
Bref à lire sans modération, à conseiller autour de soi le plus possible.