Betty D.

La disparition du paysage
par (Libraire)
17 février 2021

Monologue intérieur

Monologue de la solitude et de la disparition progressive d'un homme convalescent à Ostende qui tente de recouvrer la mémoire au fur et à mesure que la lumière décline et l'horizon disparaît. Souvenirs évanescents, environnement cotonneux et vaporeux. Le lecteur suit les pensées du narrateur, suit et attrape ce qui peut être encore saisi avant que l'obscurité s'épaississe.
Texte inoubliable et saisissant.

L'ami

Sabine Wespieser Éditeur

21,00
par (Libraire)
17 février 2021

Amitié et trahison

Dès les premières pages un climat d'angoisse, d'attente et de méfiance s'instaure laissant peu à peu le lecteur pénétrer au cœur d'une tragédie dévastatrice. L'amitié se retrouve soudainement renversée, culbutée et la défiance et le rejet prennent presque aussitôt le relais. Qui est prêt à affronter une telle situation aussi violente qu'inattendue? Thierry chancelle, bute sur l'incompréhension, s'obstine sur la trahison. Il n'a jusqu'alors rien perçu, rien entendu, absorbé dans une relation amicale entière et innocente. Tiffany Tavernier réussit un nouveau coup de maître après "Roissy", interroge le lecteur face à une situation exceptionnelle, de démesure et de l'indicible, froidement mais avec délicatesse.

La familia grande
par (Libraire)
17 février 2021

Silences

Un récit d'une grande maîtrise narrative, d'un courage inouï pour libérer une parole longtemps enfouie et tue, chaque fois mesurée, murée et menacée. C'est la force d'un livre et du verbe qui ont l'effet d'une bombe à multiples fragmentations une fois la cible atteinte. C'est la révélation unique et sincère d'un secret, d'une peine indicible, d'une partie de vie volée, d'une vie sous emprise. Ce livre est essentiel parce qu'il met des mots humbles et sincères sur une douleur et des silences destructeurs.

Elle, la mère
12,00
par (Libraire)
17 février 2021

en quête d'amour

C'est une histoire troublante que le fils raconte, celle de la mère, autant adorée que détestée. Une histoire belle et ténébreuse dans le silence et l'égoïsme de la mort qui vient d'emporter celle qui a survécu d'un amour débordant fait d'entièreté et de tristesse infinie. Récit mesuré dans lequel le fils dissèque l'existence de sa mère, de sa famille, d'une fratrie éclatée par les non-dits. C'est un climat familial délétère révélé, désignant le pouvoir et l'hypocrisie d'une bourgeoisie établie et cruelle. La loi du silence les oblige tous à garantir une forme d'impunité aux pères et aux hommes tyranniques. Chacun vit sous contrainte tout en sauvant les apparences. La mère porte en elle les fardeaux et les secrets, se tait ou dit si peu ; elle fait semblant. Elle quête inlassablement l'amour, minée par une peur de l'abandon dévastatrice. Elle naît et vit dans la culpabilité et survit avec cette impossible quiétude, dans la peur de l'autre et des siens.

La famille Martin, Roman
19,50
par (Libraire)
12 novembre 2020

Hautement réjouissant

Voici un roman hautement réjouissant, épatant, drôle, ludique, joliment fantaisiste qui parle peut-être de vous et vous ne le savez pas. David Foenkinos s'amuse et amuse ses lecteurs, jouant de la fiction et du récit réel, entremêlant joies et mélancolies, vérités et mensonges du quotidien. Il y a probablement un membre de la famille Martin parmi nous ou bien un grand David Foenkinos caché? Et si c'était vrai? Et si c'était finalement un grand roman d'amours?