LE JARDIN DE VERRE

Tibuleac Tatiana

Éditions des Syrtes

17,00
par (Libraire)
2 mars 2020

Un roman magnétique, une voix que l'on n'oublie pas

Dans ce roman, nous suivons Lastotchka, une petite Moldave orpheline qui nous raconte ses déboires.
Lastotchka, qui signifie "hirondelle" en russe, vit dans un orphelinat à Chisinau, lorsqu'elle est adoptée par Tamara Pavlovna. Nous comprenons vite que cette "mère" adoptive est assez trouble et que les raisons de cette adoption relèvent plus d'une nécessité pratique que sentimentale.
Elles vivent toutes les deux dans un immeuble populaire, avec des personnages tous plus hauts en couleur les uns que les autres, et ils forment ensemble une famille un peu bancale mais qui tient debout malgré tout.

Lastotchka nous livre une vision très cruelle de son monde et de la vie, mais avec une poésie incroyable et parfois des sursauts de candeur, là où on n'en attendait plus. Et même si le roman prend place dans une région du monde précise, dans une époque trouble, les questions que posent ce roman sont universelles.

Les chapitres sont courts, le texte est rythmé. La langue est belle et cruelle, mais surtout, dès la première ligne, nous sommes conquis par Lastotchka, un personnage qui nous colle à la peau.

Tous les conseils de lecture