Nouvelles de Serbie, Recueil
1 autre image
EAN13
9782350742137
ISBN
978-2-35074-213-7
Éditeur
Magellan & Cie
Date de publication
Collection
Miniatures
Nombre de pages
150
Dimensions
20 x 13 x 1 cm
Poids
172 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nouvelles de Serbie

Recueil

Magellan & Cie

Miniatures

Offres

Autre version disponible

Ces récits de Serbie vous emmènent à à la découverte de ses traditions et de sa culture
Au cœur des Balkans, la Serbie fut le carrefour de plusieurs civilisations pendant de nombreux siècles. Ce pont entre Occident et Orient, entre Mitteleuropa et Méditerranée, a aussi été un endroit stratégique convoité par les plus grands empires de l'époque. L'Histoire de ce pays figure parmi les plus tragiques qui soient en Europe. Après la Seconde Guerre mondiale, la Serbie antifasciste devint l'une des six républiques (Serbie, Slovénie, Croatie, Bosnie, Monténégro et Macédoine) de la Yougoslavie de Tito, fédération dont l'éclatement dans les années 1990 engendra une guerre meurtrière et destructrice, jusqu'à l'indépendance de la Serbie en 2006. Avec un tel passé et de telles influences, il n'est pas surprenant que les créateurs fassent preuve d'une imagination débridée, dont les propriétés seraient le métissage de l'âme des Slaves du sud, une certaine métaphysique des Balkans et la cohabitation voulue des genres. Tous les auteurs de ce «Miniatures Serbies» disent cette réalité, cette vitalité de la Serbie.
La collection Miniatures vous offre ici un recueil de nouvelles serbes, vous emmenant dans un formidable voyage littéraire
EXTRAIT
J'ai fait un rêve où un type moustachu, un Bourdouch tout craché, sautait ma Milka comme un sanglier. Vu que leurs halètements m'empêchaient de me rendormir, j'ai fini par me lever et par tirer furieusement sur la couverture, découvrant le dos velu du Bourdouch. Tu as pris ma femme, soit, mais je ne te donnerai pas la couverture !
J'ai jeté la literie sur mon épaule et, pieds nus, je suis passé en titubant à la cuisine. J'ai mis deux chaises l'une à côté de l'autre, j'y ai étendu le drap, j'ai retapé l'oreiller et je me suis couché en me couvrant par-dessus la tête. Peu après, Milenko est entré dans la cuisine et, comme si je n'étais pas là, il s'est mis à farfouiller bruyamment dans le frigo. Il a sursauté quand, sous ma couverture, je me suis mis à pester : « Ferme ce frigo, tu me fais geler les pieds ! »
S'identifier pour envoyer des commentaires.