Virginie S. (Libraire)

Éditions de l'Observatoire

20,00
13 janvier 2022

Au café de la ville perdue

A Varocha, ancienne cité balnéaire sur l'île de Chypre, les maisons s'effondrent, disparaissent et s'effacent emportant avec elles les souvenirs et les histoires des habitants. En effet, Varocha s'est figée en 1974, suite à l'annexion du nord de l'île par la Turquie. Désormais entourée de barbelés, minée, la ville est laissée à l'abandon attendant un improbable réveil. A quelques kilomètres de là, de nos jours, une jeune écrivaine française s'installe chaque matin à la terrasse d'un café pour tenter d'écrire, de restituer le destin douloureux de l'île et de ses habitants où communauté grecque et communauté turque se déchirent. Mais l'histoire se dérobe à elle et la narratrice peine à donner sens et vie à son texte...jusqu'à sa rencontre avec Ariana une jeune serveuse qui tatoue sur sa peau son histoire et celle de son île. A. Llobet compose son roman par petites touches, alternant les points de vue et les époques, passant de la grande histoire aux vies singulières sans jamais perdre son fil romanesque. Par le biais d'une langue expressive, elle nous livre un récit saturé de couleurs, de sensations et d'émotions, un récit qui nous parle de mémoire, de nostalgie et d'héritage avec justesse et sensibilité. A découvrir

11 octobre 2021

Echappée belle

On referme "Elise sur les chemins" avec le sentiment étrange et délicieux d'avoir fait l'école buissonnière, d'avoir renoué avec une part de notre enfance. Bérengère Cournut continue de nous surprendre avec ce récit où même les vers sont libres...où les mots claquent, sonnent et riment, petite musique un peu magique qui nous entraîne dans les pas de la famille Reclus (Elisée, vous voyez ?). Ce texte est une échappée belle, une ode à la liberté, un conte fantasque, véritable pied de nez à la morosité !

2 octobre 2021

La Carte postale

Tout commence par une carte postale reçue dans la boîte aux lettres familiale en 2003. Côté pile, une vue du Palais Garnier, côté face, 4 prénoms, ceux des grands-parents de l'auteur, tous morts à Auschwitz en 1942. Aucune autre mention, pas de signature. Des années plus tard, se questionnant sur ses racines et sa judéité, Anne Berest décide de mener une enquête afin de connaitre l'auteur de la carte et de découvrir son histoire familiale. Reprenant les recherches amorcées par sa mère, l'auteur tente de retracer le parcours et l'existence de ses aïeux, les Rabinovitch, partis de Russie dans les années 20. Un destin étourdissant et bouleversant. "La carte postale" est un récit intime, il restitue cette quête et les questionnements personnels de l'auteur. Pour autant, Anne Berest parvient à rendre son propos universel, comme une part de notre histoire à tous. C'est un récit que l'on quitte à regret avec le sentiment troublant d'y laisser des hommes et des femmes devenus des amis.

25 août 2021

Fils du vent

Anton est un jeune tzigane né dans les steppes kirghizes au sortir de la 1ère guerre mondiale. Dresseur de chevaux, il est avant tout leur ami puisqu'il les comprend et les aime mieux que quiconque. Avec les siens, sa famille de cœur et de sang, il parcourt les routes et les chemins à bord des roulottes, s'arrêtant dans les villages et déployant le chapiteau où jongleurs, trapézistes, musiciens réjouissent les spectateurs. Une vie de déambulation et d'errance où les histoires familiales, la mémoire du peuple tzigane et les sagesses ancestrales sont transmises au rythme du voyage. Une vie où l'instant présent et la liberté prévalent sur toutes les richesses. Pourtant, l'Histoire va rattraper ces fils et filles du vent désormais bannis de l'Europe en guerre. C'est un autre voyage qui commence alors pour Anton, du ghetto de Lodz jusqu'à l'Inde. Roman d''aventure autant que récit intime, "Avant que le monde ne se ferme" est empli d'une belle humanité. Un premier texte à découvrir.

25 août 2021

fin de partie

Un accident sur une plate-forme pétrolière, un glacier qui se fissure, des poissons morts sur le rivage ... les nouvelles ne sont pas bonnes dans ce village du nord de la Norvège. Thomas Reverdy nous parle d'urgence climatique, de catastrophe écologique et de la cupidité des hommes qui gangrène la planète. Un récit aussi original qu'alarmant où l'auteur-comme à son habitude- se plaît à ausculter le monde.